Skip links

Renforcer son leadership grâce aux émotions

Formation leadership : Personne confiante de face dans une entreprise

Plusieurs chercheurs et auteurs ont mis en avant l’importance du lien émotionnel dans l’environnement professionnel (Any Cuddy, Swan Fiske, Peter Glick…).

Le schéma ci dessus reflète bien le sentiment profond que l’on développe face à une personne qui allie à la fois compétences et chaleur humaine ou empathie.
Un manager chaleureux mais jugé incompétent suscitera des sentiments de compassion, de désintérêt, voir de pitié avec éventuellement un manque de respect.

A l’inverse, un manager qui crée un lien relationnel de qualité avec son équipe ou ses collègues et qui est à la fois perçu comme compétent va éveiller un sentiment d’admiration. Il ou elle va également obtenir un soutien plus fort et un engagement actif de ses collaborateurs

Quelqu’un jugé très compétent dans son domaine mais avec une faible empathie va potentiellement susciter l’envie. Si son image est fortement autoritaire, les comportements autour de lui vont dysfonctionner. En d’autres termes, dans une relation fondée sur le rapport de force, il n’y a pas de relations de confiance, le management se fait par la crainte, voir la peur. Bref, l’équipe ne se sent pas bien réellement et adopte des masques pour répondre au stress ressenti.
On peut avoir dans ces situations la fausse impression que l’activité est efficace et que l’équipe fonctionne bien mais l’effet boomerang ne tarde pas à se faire sentir sur le long terme.

Le management autoritaire sans empathie est souvent couronné par une baisse du potentiel des équipes. La créativité s’effrite par manque de dialogue et d’implication ainsi que la capacité à résoudre des problèmes

Il y a environ 1 chance sur 2000 qu’un manager peu apprécié soit considéré comme un bon leader.
La chaleur humaine, la capacité à créer du lien est un vrai vecteur d’influence. Elle crée la confiance, l’intégration et la connexion nécessaire à l’épanouissement des collaborateurs. En d’autres termes le capital sympathie que l’on confère à une personne stimule l’engagement collectif.